• Abandon à la nuit, avec Alain Jean-Marie & Morena Fattorini, le 21 mai à la Vieille Grille !
  • "Abandon à la nuit", album disponible dans la discographie d'Alain Jean-Marie !
Les Artistes > Alain Jean-Marie > Alain Jean-Marie : une biographie

ALAIN JEAN-MARIE : UNE BIOGRAPHIE

Alain Jean-Marie le 20 juillet 2005, invité du French Riviera Middle Band dans le cadre du Festival Off de Jazz à Juan - Copyright Yves Moch Alain Jean-Marie lors d'un concert du duo avec Morena Fattorini le 3 novembre 2007 à l'Ecoutille - Copyright Claire Vander Alain Jean-Marie & Daniel Maximin - Copyright N. Dubourvieux Abandon à la nuit

Personnage aussi discret qu'inspiré, Alain Jean-Marie possède la subtilité harmonique, l'assise rythmique, l'amour de la phrase mélodique et le sens du toucher qui sont la marque des grands pianistes, et le distinguent à l'évidence comme un des solistes majeurs de la scène européenne.

Les débuts

Né en 1945 à Pointe-à-Pitre, Alain Jean-Marie apprend le piano en autodidacte dès l'âge de huit ans. Adolescent, il fait ses débuts professionnels dans les bals en Guadeloupe, et en particulier au sein de l'orchestre de Robert Mavounzy. De 1967 à 1970, Alain Jean-Marie fait des allées et venues entre le Canada (l'été) et les Antilles (l'hiver). En 1969, il enregistre "Piano Biguines", prémices d'une série qui débouchera vingt-trois ans plus tard sur le premier enregistrement de "Biguines Reflections". Il se produit alors régulièrement en trio avec Winston Berkley et Jean Claude Montredon.

En 1973, Alain Jean-Marie s'installe à Paris, et a la chance de jouer très vite avec Al Lirvat, musicien qu'il admire profondément. Rapidement reconnu comme un partenaire de premier choix, il est abondamment sollicité depuis lors, et accompagne régulièrement les plus grands : Chet Baker, Sonny Stitt, Art Farmer, Johnny Griffin, Lee Konitz, Bill Coleman, Max Roach, Benny Golson, Christian Escoudé...

Prix Django Reinhardt en 1979, il accompagne régulièrement la chanteuse Dee Dee Bridgewater à partir de 1986, époque à laquelle elle le sollicite pour accompagner son spectacle consacré à Billie Holiday, "Lady Day". En 1987, Alain Jean-Marie enregistre en duo avec le contrebassiste Niels-Henning Orsted Pedersen ("Latin Alley"). En 1990, il enregistre également "The world is falling down" avec Abbey Lincoln, aux côtés de Jackie McLean, Billy Higgins et Charlie Haden. Il joue et enregistre aussi fréquemment avec Barney Wilen ("La Note Bleue", en 1986, bande-son d'une bande dessinée de Loustal, puis "Dreamtime" en 1992), avec Henri Texier et Aldo Romano ("The Scene Is Clean" - 1991), ou encore avec Michel Graillier (ils enregistre en 1991 deux superbes albums de duos de pianos, "Portrait in Black and White" et "Oiseaux de Nuit" qui seront édités tardivement, en 2004 et 2005).

Alain trace son sillon

En 1992 il vient sur le devant de la scène avec la suite de Piano Biguines, "Biguines Reflections", qui sera suivi de trois autres opus : "Biguine Reflections II" en 1996, "Serenade" en 1998, et "Delirio" en 2000. Il puise ici dans ses racines antillaises, et y adjoint sa culture be-bop dans un mariage biguine-jazz particulièrement réussi, et où il rend hommage aux fondateurs, Al Lirvat, Robert Mavounzy... Alain Jean-Marie fera des émules, et crée ainsi un mouvement musical original, en gestation déjà dans les premiers enregistrements sous son nom. Son goût pour la rencontre des cultures se retrouvera plus tard dans son duo avec Morena Fattorini.

Parallèlement, Alain Jean-Marie se produit en trio ou quartet plus strictement jazz, avec Gilles Naturel et John Betsch ("Lazy Afternoon" - 2000), Gilles Naturel et Philippe Soirat, Anne Pacéo, Darryl Hall, Guillaume Naturel, Olivier Témime...

Le solo ne lui est pas non plus étranger. En 1997, il trouve à exprimer son amour du cinéma dans un enregistrement solo publié dans une collection où il cotoie Martial Solal, Steve Kuhn, Paul Bley, et Stephan Oliva ("Film music on the piano - Jazz 'n (e)motion"), Puis il enregistre en 1999 "Afterblue", pour lequel il reçoit le prix Boris Vian de l'Académie du Jazz (1999 - meilleur album de jazz français) et le Django d'Or (2000 - meilleur musicien français de jazz).

Alain Jean-Marie multiplie les concerts et devient également l'un des piliers du jazz parisien, familier du Petit Opportun, du Duc des Lombards, du Sunset/Sunside, des Sept Lézards, du Franc Pinot, ou de Autour de Midi.

En 1999, il crée un duo avec la chanteuse Morena Fattorini : le répertoire, constitué d'arrangements et de compositions originales, permet, en faisant dialoguer les mémoires musicales écrites et orales (chants baroques, airs d'opéra, Lied allemand, jazz, improvisation, polyrythmies afro-américaines et caribéennes...), de créer un langage musical original.

C'est en 2004 qu'Alain Jean-Marie publie son troisième disque solo ("That's What"), consacré à un répertoire de semi-standards auxquels il ajoute sa touche harmonique originale et son phrasé si pesonnel.

Les amis antillais

Alain Jean-Marie participe également à plusieurs enregistrements avec d'autres musiciens guadeloupéens. Ainsi, il enregistre avec le guitariste André Condouant ("Clean & Class" - 1997), avec le percussionniste Roger Raspail ("Fanny's Dream" - 1997), et avec le saxophoniste Jocelyn Ménard ("Men Art Works" - 2001). En 2002, il enregistre à New York, avec un collectif de musiciens essentiellement guadeloupéens, réunis sous la houlette du trompettiste Franck Nicolas : "Jazz Ka Philosophy", manifeste autour de la fusion gwo-ka et jazz.

En 2009, Alain publie un merveilleux album en hommage à la Guadeloupe, "Gwadarama", feu d'artifice musical dans lequel il revisite de manière très personnelle des styles musicaux de son Ile qu'on l'a rarement entendu interpréter : gwo-ka, zouk...

En concert, Alain multiplie également les duos, formule exigeante qu'il affectionne particulièrement : duo avec Daniel Maximin, alliant musique et poésie, ou bien encore duo de pianos avec Mario Canonge.

Le DVD

Alexandre Lourié obtient en 2006 l'accord d'Alain Jean-Marie pour réaliser un documentaire consacré à sa vie ("Alain la parole"). Le film est publié DVD en 2008 dans la série Jazzmen d'aujourd'hui, augmenté de séquences musicales permettant de (re)découvrir quelques-unes des formations dans lesquelles on peut fréquemment écouter Alain : le trio jazz, Biguine Reflection, le duo avec Morena Fattorini et le solo.

"Abandon à la nuit"

Les saisons 2008-2009, 2009-2010 et 2010-2011 voient Alain Jean-Marie et Morena Fattorini en résidence au Théâtre de la Vieille Grille à Paris (voir les dates), où ils présentent leurs représentations musicales intitulées "Abandon à la Nuit". En mars 2010, ils ont enregistré une partie de ce répertoire, accompagnés du violoncelliste Vincent Ségal et des percussionnistes Xavier Desandre Navarre et Roger Raspail, et publient le disque en juillet 2010 (voir le disque).

Pour vous tenir informés de l'actualité des représentations "Abandon à la nuit", inscrivez-vous à la newsletter en cliquant ici.


En partenariat avec www.bananierbleu.com et www.lecoutille.com

Contacts scène :

CGV | FAQ | Contact | Mentions légales | Crédits